Les timbres non émis

Les timbres non émis ont toujours passionné les collectionneurs à cause de leur rareté.
Certains timbres, préparés pour être émis, ont vu leur émission annulée au dernier moment, victimes d’un changement de valeur faciale, d’un changement politique, d’un dessin polémique, d’une couleur refusée, etc.
Un timbre d’un territoire populaire, les Terres Australes et Antarctiques Françaises ou TAAF, en a fait les frais en 1969. Ce timbre de Poste aérienne avait été préparé avec une faciale de 87F. Le timbre avait été dessiné, accepté, gravé, et les feuilles imprimées étaient prêtes à rejoindre les bureaux de poste. Or le tarif a changé au dernier moment. L’émission a donc été annulée, remplacée par celle d’un timbre avec une nouvelle valeur faciale correspondant au nouveau tarif, soit 85F.`
Le sort du timbre à 87F était scellé : la destruction, effectuée en général dans un incinérateur, et sous haute surveillance afin qu’aucun exemplaire n’en réchappe.
Or quelques exemplaires ont fait surface quelques années plus tard sur le marché philatélique. Probablement rescapés dans des conditions rocambolesques, certains de ces timbres comportent des défauts (gomme abimée, dentelure).
Il existe donc peu d’exemplaires en qualité grand luxe. Ce qui propulse ce timbre non émis au niveau des Raretés mondiales.
D’autre part, les thèmes Concorde et Poste aérienne sont particulièrement populaires. Tout comme la collection polaire et les TAAF. Ces facteurs ont donc fait s’envoler la cote à un niveau important : 7000 euros au catalogue Yvert et Tellier.

Le Timbre Classique présentera un de ces exemplaires grand luxe du non émis 87F Concorde des Terres Australes et Antarctiques Françaises dans sa vente sur offres n° 36 du 17 novembre prochain.

Gaël CARON
Membre de l’Académie Européenne de Philatélie